Olympic_pictogram_Rugby_union

A peine digéré cette finale de Coupe de Monde de rugby, je persiste à croire qu’une équipe a été favorisée par l’arbitrage.

  Cependant, j’ai lu trop de commentaires excessifs portant sur l’arbitre sud-africain.

 Les articles diffamatoires de la presse néo-zélandaise durant toute le semaine, ajoutées à un arbitrage portant à discussion, laisse dans le milieu du rugby français une polémique inédite, qui me laisse croire que l’ambiance bonne enfant, fraternelle des supporteurs de rugby sera amenée à disparaître si on ne reste pas vigilant quant à l’équité de l’arbitrage, qui plus est en finale d’une coupe du Monde.

 Je ne reviendrai pas sur le jeu de certaines équipes qui comme on dit dans les milieux autorisés,  « joue à la limite » sans être sanctionnée (http://phasedejeu.canalblog.com/archives/2011/02/27/20501416.html).

 Cependant, si l’arbitrage devient plus laxiste, le jeu plus dur par conséquent (j’espère que Parra va mieux), l’ambiance du rugby et de son monde deviendra plus que détestable.

On ne peut dire, comme on a pu l’entendre après le match de dimanche que « l’arbitre a toujours raison, il ne faut pas le critiquer ».

 Le rugby a toujours su réfléchir sur son évolution, sur son arbitrage à l’opposé d’autres sports. La vidéo existe, l’arbJohn_Langenus_The_football_arbitrator_a_judging_first_final_of_the_World_championships_1930_yearitrage à trois aussi.

 Ce n’est pas constructif de laisser faire, bien au contraire. Quel que soit le sport, il faut tout faire pour que l’arbitre, qui à la fois juge et sanctionne, soit responsable. Le fair-play ne doit pas laisser les faits détériorer l’ambiance du rugby, l’arbitrage doit aussi être garant de l’intégrité des joueurs.