Ca y est l’histoire sportive de l’équipe de France est terminée. Un but marqué sur trois matchs, un nul, deux défaites. Football_pictogramL’histoire sportive est finie, mais l’épopée lamentable n’est pas terminée. La sélection la plus exécrable et la plus antipathique de l’histoire des bleus nous a offert une saga qui n’est pas prêt de s’arrêter. Mais que c’est-il passé ?

 

La classe de 3e du collège a eu collectivement de très mauvaises notes. Zéro pointé ! Un élève talentueux mais faignant refuse de s’appliquer, il se fait disputer par son professeur, alors il l’insulte. Renvoyé de la classe, il est exclu suite à un conseil de discipline. Le résultat : la classe s’assoit au milieu de la cour, fait la grève et refuse d’entrer en classe parce que leur copain est renvoyé. En bref, lamentable.

 

En oubliant toute métaphore, la défaite de l’équipe de France est un échec collectif de tout le football français ; la FFF, Raymond Domenech, l’Equipe de France. Nous assistons à une perte totale de repères élémentaires. Une folie et un b_d__neisolement collectif sans qu’aucune initiative ne tente de remettre toute logique dans ce groupe. La fédération, son président et son équipe s’emmurent dans sa structure, trop confortablement installés. L’entraineur, toujours persuadé d’avoir raison, qui ne répondait jamais aux journalistes et qui se moquait d’eux systématiquement, s’est pris en boomerang le titre de l’Equipe et refuse de serrer la main de l’entraineur de l’Afrique du Sud. Les joueurs, à l’égo surdimensionné, starlettes immatures n’ont toujours pas compris ce qu’il se passait.

 

On ne peut rien tirer de cette histoire sans fin, il faut en rire plutôt qu’en pleurer, de nombreux sketchs sont à venir pour le malheur du football français.

 

En attendant le sauveur …